Livraison gratuite au-delà de €60.00

Localiser un magasin
Cart
Subtotal-
Shipping-
Total-
Stories

À la recherche de vie à Beyrouth :  - Personne d'autre que le chien ne peut aider ces gens

Vaclav Vancura, 31 ans, pompier et maître-chien, est connu pour les liens solides qu'il tisse avec ses chiens dans les disciplines de mushing et de recherche et sauvetage. Vivant actuellement dans les montagnes du nord de la République tchèque, il fait régulièrement équipe avec son premier chien Bella, un pointeur hongrois de 9,5 ans et un croisement de Weimaraner, pour aider les victimes qui ont besoin d'aide.

Pour Vaclav, le fait de commencer dans la discipline de la recherche et du sauvetage avait un sens.

- Il est possible de combiner parfaitement la volonté de travailler du chien avec sa fantastique capacité de détection du olfactive, en l'utilisant pour sauver des vies, ce qui est ma motivation première. Personne d'autre que le chien ne peut aider ces personnes à ces moments précis. Avalanches, décombres, terrain forestier difficile... Nous scrutons chaque section possible d'une zone dans le besoin.


Déployé à Beyrouth


Vaclav et Bella ont été parmi les premières équipes étrangères à être déployées à Beyrouth en tant que membres du groupe USAR, après que la ville ait subi une terrible explosion le 4 août 2020. Au Liban, Vaclav a découvert une ville qu'il décrirait comme une petite apocalypse.

- Le sang, le verre et les débris étaient partout. Les conditions de travail étaient rendues considérablement difficiles en raison des températures élevées et du taux d'humidité, ce qui n'est pas idéal pour les chiens. L'asphalte sur lequel ils devaient marcher atteignait 50°C.

Les chiens alternaient toutes les 10 à 15 minutes pendant le déploiement, pour les laisser se reposer et les refroidir. Ils travaillaient jusqu'à 10 séances par jour.

- Les chiens portaient des bottes de protection toute la journée. Malheureusement, cela n'a pas empêché l'un des chiens de se faire couper un mauvais verre juste au-dessus du chausson.

Reconnaissants


Cinq chiens sont venus de la République tchèque : trois pointeurs, un Labrador Retriever et un Berger allemand, âgés de 3 à 9 ans et demi, Bella étant la plus âgée.

- Notre tâche consistait avant tout à exclure la présence de victimes dans notre secteur, en balayant la zone pour permettre ensuite l'accès aux machines lourdes qui commenceraient à déblayer les décombres.  Les gens étaient extrêmement reconnaissants que nous leur venions en aide. Ils nous apportaient des fruits et venaient discuter avec nous. Malgré la méfiance initiale, ils ont même apporté des friandises pour les chiens après quelques jours.

À la fin de la journée, les chiens se reposaient avec leurs maîtres sur les lits superposés.



- Pendant la journée, nous faisions très attention à les hydrater régulièrement et à leur fournir de l'énergie avec des produits de réhydratation, en ayant à l'esprit un travail constant à des températures extrêmement élevées. Nous avons essayé de les refroidir autant que possible, en les arrosant avant et après chaque intervention. C'était assez difficile pour eux, et nous étions tous fatigués après seulement quelques jours.


Des années de formation


Plusieurs qualités sont requises pour former de bons chiens de recherche, selon M. Vaclav. Parmi les plus importantes, il faut avant tout avoir un excellent odorat et une bonne mobilité sur le terrain, associés à une grande résistance mentale et une forte envie de travailler.



- Une bonne condition mentale et physique est essentielle pour cette tâche. Un chien de sauvetage doit faire preuve d'une grande persévérance et d'une réelle motivation au travail. La motivation à trouver une victime est essentielle.

Former un chien afin qu'il soit opérationnel dans la recherche et le sauvetage demande beaucoup de temps et d'efforts.

- Il faut au moins deux ans, parfois plus, avant qu'un chiot ne devienne un chien certifié. Pour que le chien puisse participer à une mission officielle, il doit passer des examens organisés par le ministère de l'intérieur. Ces deux examens distincts évaluent les aptitudes du chien en matière de recherche de décombres et de recherche de zone, et doivent être renouvelés tous les deux ans. Le chien doit également être médicalement autorisé.


Un lien très fort


Bien qu'il puisse sembler que le chien fasse la plus grande partie du travail, il est nécessaire d'avoir un lien étroit avec le maître-chien dans ce domaine.  

- Le maître-chien et son chien forment une équipe ; ils ne peuvent pas aller à la recherche l'un sans l'autre. Je ne ferais jamais équipe avec le chien de quelqu'un d'autre, et il n'y a pas d'équipe sans mon chien. Nous sommes partenaires, c'est aussi simple que cela. Le succès de la recherche dépend en grande partie de la capacité du maître à évaluer le travail et le comportement du chien, alors que le chien doit être habitué à travailler avec son maître.

Nous recommandons également:

Newsletter
Sign Up

As a subscriber you get access to exclusive competitions and news.

Conditions générales de ventePrivacy policyCookiesImpressum
nonstopdogwear.com | nonstoppolar.com